Après plusieurs années de travail et de feuilles tachées et déchirées, Bladimir Víquez a écrit son premier livre de poèmes : Ecos ! Comme ici il n'y a pas vraiment d'Edition et que surtout ils ne s'occupent pas le moins du monde de la poésie, Bladimir l'a sorti de sa propre initiative! C'est fort courageux et je suis vraiment heureuse qu'il l’ait fait. Les échos (traduction du titre) et commentaires sur le livre sont bons et plutôt encourageants pour la suite! Il a déjà été présenté dans un festival et sera présenté ce vendredi dans une université et à la maison culturelle de David!

ecos

Bien sûr le livre est en espagnol...Je vous donne mon analyse sur ce livre...

ECHOS, l’auteur écrit les résonnances de ses sentiments et sensations sur le temps et la solitude.

Son livre transcrit les sentiments de l'auteur sur sa relation avec ces deux éléments. Il sépare d’ailleurs son livre en deux parties distinctes qui sont les échos du temps et les échos de la solitude.

C'est un livre qui parle d'amour aussi, et ça de nos jours c'est très risqué mais il a réussi à en parler d'une manière simple et vraie sans fanfreluche ni niaiserie.

Lo demás no importa

Se sabe y lo sé         

Que no es la abundancia...

Lo que vale

Sino una palabra plena

Recibir una caricia

Con los ojos cerrados

Y un beso húmedo...

Lo demás no importa.

 

Le reste n’importe peu /Cela se sait et je le sais/que ce n’est pas l’abondance…/ce qui importe/Sinon un mot rempli/Recevoir une caresse/Avec les yeux fermés/ Et un baiser humide…/ le reste n’importe peu.

 

Il utilise ces concepts abstraits (temps et solitude) et élabore des allégories jusqu'à personnifier ces éléments et dialogue avec eux créant des images et des sensations réelles. De plus, il use tous ses sens pour les toucher, les voir, les  écouter, les sentir.

¡Oh tiempo!

¡Oh tiempo!

-Que como marionetas nos conduces-

A donde me llevas..."

 

Oh temps!/Comme des marionnettes tu nous conduis/ Où m’amènes tu…

 

Sin retraso

"Me preocupa el tiempo

Por su manera de caminar..."

 

Sans retard/Le temps me préoccupe/Pour sa façon de marcher…

 

Il utilise aussi les éléments de la nature comme le vent, la terre, l'eau… pour créer des métaphores qui nous font voyager avec lui dans son monde.

La esperanza entre los días

De tanto frotar la esperanza entre los días

Se va como la espiral de la brisa...

 

L’espérance entre les jours/ De tant frotter l’espérance entre les jours/Elle s’en va comme la spirale de la brise...

 

Certains poèmes ressemblent à des Haïkus (en prose) pour leurs longueurs restreintes et leurs métaphores. 

Detalles

El reloj sólo marca

El tiempo bruto

 

Los detalles nos los da

La intensidad de la luz

El día o la noche

O la vida

Y las experiencias de mundo.

 

 

Détails/ L’horloge marque seulement/le temps brut/Les détails sont donnés/par l’intensité de la lumière/le jour ou la nuit/Ou la vie/Et les expériences du monde/

 

 Plus conceptuel, il crée des réflexions universelles sur le temps. Travaillant sur la relativité des minutes qui passent en fonction de ses sentiments et ressentiments !

Tiempo infinito

No hay nada

Más infinito

Que un segundo

De sufrimiento

 

No hay nada más infinito

Que un segundo

Sin ti…

 

 

Temps infini/Il n’y a rien/de plus infini/qu’une seconde/De souffrance/Il n’y a rien de plus infini/ Qu’une seconde/Sans toi…

 

Le rythme est souvent créé par l’accumulation et l’énumération de phrases nominales qui créent un rythme soutenu, une ambiance pleine d’images et un temps qui ne s’arrête jamais.

Por la vida, amando

…Por ahí

El secreto del viento

El vino convidado

La oscuridad infinita

La sonrisa del infante…

Au cours de la vie, j’aime/…Par là/Le secret du vent/Le vin partagé/l’obscurité infini/ le sourire de l’enfant…

 

Parfois même une certaine angoisse du temps est ressentie par ce rythme. L’auteur est pressé et anxieux  de  pouvoir noter dans son « cuaderno de bitácora » (livre de bord) tout son passé comme un journal intime pour laisser une trace dans ce monde avant sa mort.

Grandeza de pasado

…Porque la vida es historia

Y se vive sólo del pasado.

Si el pasado es grande

Entonces se ha vivido.

 

Grandeur du passé/…Parce que la vie est histoire/Et on vit seulement du passé/Si le passé est grand/Alors on a vécu.

 

En lisant ce livre nous pourrons percevoir les échos du temps et de la solitude et répondre à ces résonnances en laissant nos propres sensations se propager en nous.  

 

Voilà pour ma part mes impressions sur ces poèmes…Pour les amateurs de poésie qui ont une petite notion d’espagnol je vous le recommande…Et si vous voulez écouter un des poèmes récité par l'auteur cliquez ici:

Por la vida, amando